You are currently viewing Trois États de VEERYA (SPERME)

Trois États de VEERYA (SPERME)

1. ÉTAT NORMAL OU ÉTAT SUBTIL:

À l’état normal, l’énergie vitale est répartie sur tout le corps (dans le sang, les os, les muscles, les nerfs, etc.) nous donnant de l’énergie pour nous adonner à diverses activités quotidiennes. L’énergie pranique dans cet état fait partie intégrante du corps entier dans un état d’harmonie et d’union. Le corps est entièrement orienté et en disponibilité de la force vitale pour effectuer une action efficace. En fonction du type d’activité auquel nous nous adonnons, la force vitale se dirige vers cette partie particulière pour effectuer l’action. Par exemple, lorsqu’un athlète se prépare à courir un marathon, sa force vitale se concentre sur les muscles de ses jambes. Lorsqu’un boxeur est sur le ring, sa force vitale se concentre autour des muscles de ses bras, lorsqu’un joueur d’échecs au milieu d’une partie, sa force vitale est concentrée dans son cerveau, etc.

2. ÉTAT BRUT OU ÉTAT DU SPERME:

Lorsque l’homme est sous excitation sexuelle, sa force vitale ou Prana est retirée de chaque partie du corps et concentrée dans le centre sexuel. L’énergie vitale qui était auparavant dans un état subtil d’amalgame avec son sang, sa chair, etc. à l’ÉTAT NORMAL, se sépare de ces régions dans une large mesure et coule vers son centre sexuel. Cela envoie un signal pour que ses testicules produisent du sperme. La prostate se prépare avec le liquide prostatique. Les glandes de Cowper préparent le liquide urétral Bulbo. L’homme est maintenant entièrement prêt à s’engager dans l’acte sexuel. Presque toute son énergie vitale, à l’exception de l’énergie de base nécessaire au fonctionnement de ses organes vitaux, est maintenant descendue au centre sexuel. L’énergie est en attente pour propulser le sperme hors de son système. Notez à quel point une personne devient sexuellement agressive lorsqu’elle est complètement excitée dans le plan sexuel. C’est plus loin que tout son Prana dans un état de concentration sexuelle. Dans cet état, l’homme ne peut se livrer efficacement à aucune autre activité que l’acte sexuel. Demandez à un homme complètement excité de jouer à une partie d’échecs he il pourrait même ne pas se souvenir des mouvements! Le sperme dans cet état est la représentation linéaire et grossière de son Prana ou énergie vitale sous forme liquide. L’énergie qui était auparavant sous forme électrique est maintenant devenue physique, incarnée dans le sperme liquide.

Chez un homme qui réside constamment dans le plan sexuel, son Prana est principalement sous cette forme de sperme brut. C’est la raison pour laquelle ces personnes ne peuvent effectuer efficacement aucune autre forme de travail. La nature du sperme brut est l’expulsion. Son seul but est d’atteindre l’extérieur pour faciliter la reproduction. C’est ce qu’on appelle le « mode éjaculatoire ». Il ne peut remplir aucune autre fonction dans cet état. S’il ne sort pas immédiatement, il s’écoulera dans un rêve humide.

Une fois en « mode éjaculatoire », le sperme ne peut jamais être complètement reconverti en énergie pranique. Les glandes sexuelles sécrétaient diverses sécrétions physiques pour fabriquer du sperme brut. Tous ces processus ne sont pas entièrement réversibles, même par transmutation et méditation. Il y a des limites sévères. Un volume considérable d’énergie vitale s’écoulera, immatériel de la méditation ou du célibat, une fois qu’elle aura atteint cette forme brute finale due à la contrainte sexuelle.

3. ÉTAT TRÈS SUBTIL OU ÉTAT OJAS:

Lorsqu’un yogi mène une vie de véritable célibat, en conservant toute son énergie vitale et en la transcendant de son ÉTAT NORMAL à un état très concentré, très subtil à travers des techniques telles que la méditation, l’asana, le Pranayama etc His Son Prana devient de nature très subtile. Son intensité augmente dans une large mesure. Il s’apparente à de l’eau brute chauffée et convertie en vapeur gazeuse surchauffée dans une usine de distillation. L’énergie vitale a maintenant un énorme potentiel énergétique. Il se lève comme la vapeur et atteint son « CHAKRA AJNA » ou le point entre ses sourcils. C’est ce qu’on appelle « l’ÉTAT d’OJAS ». On dit que la pleine puissance de cet état vient à un Brahmachari après 12 ans de véritable célibat, sans gaspillage d’une seule goutte de sperme. Son énergie pranique est désormais totalement sublimée. Cela lui donne la capacité d’entrer dans les plans métaphysiques mot / astral. Il peut obtenir des visions astrales, la connaissance de la création, de dieu, etc. Les yogis Urdhvareta avancés obtiennent des pouvoirs tels que « Trikala Gnyana » ou la connaissance du passé, du présent et du futur. De nombreux sages anciens de cet État avaient des « Ashta Siddhis » ou huit pouvoirs surhumains comme la Lévitation (capacité à voler), le voyage astral, la capacité de rendre le corps microscopique ou macroscopique, la « Bhuta vidya » ou le pouvoir de converser avec des animaux sauvages et de gagner leur obéissance, en écoutant des sons à plusieurs kilomètres (Doorashravana), un Pouvoir de vue allant jusqu’à des centaines de kilomètres (Dooradristi).

Un Yogi très avancé avec des « Siddhis » (pouvoirs surhumains) pour guérir les maladies sera capable de guérir les maladies de ces personnes qui sont destinées à une guérison ou en d’autres termes méritent d’être soulagées de la souffrance. En d’autres termes, ces personnes malades ont atteint l’état où elles ont élaboré le karma et sont prêtes à se libérer du problème. Le cycle karmique comme tout le reste du cosmos est entièrement régi par les lois de la création et les lois de la nature. Même les pouvoirs super-normaux ou les pouvoirs miraculeux relèvent de la loi de la nature et ne sont vraiment pas des miracles dans le vrai sens du terme. Étant en dehors de la capacité de l’homme ordinaire, ces pouvoirs apparaissent surhumains, alors qu’en réalité, ils ne sont qu’une représentation du déploiement des pouvoirs illimités que possède la « Shuddhâtma » (âme pure). Mais même les pouvoirs les plus élevés que possède le yogi et qu’il met en action en utilisant sa Prâna sont toujours du ressort des lois universelles de la nature et, par conséquent, ils ne peuvent pas être utilisés pour guérir une personne qui n’a pas encore élaboré son « Prârabdha » et n’est donc pas destinée à être guérie. Une telle personne doit traverser la souffrance sans autre option. 

Tous les cas où nous voyons ou entendons parler de grands Yogis guérissant des gens de maladies sont ceux où la personne affligée a réglé la majeure partie de son mauvais karma ou les a réglés à un point tel qu’elle mérite d’être guérie rapidement. Un yogi avancé qui a développé ces pouvoirs se connecte d’abord au « Kârana Sharira » (corps causal) de la personne malade et apprend la cause et la nature de la maladie en connaissant le karma passé qui a causé la maladie en premier lieu. Il devient alors également clair si la personne est destinée à une guérison et, le cas échéant, la méthode de transfert de santé et de vitalité en annulant la toxine particulière par le transfert de Prâna. Le Yogi agit comme le moyen de soulager la personne de la maladie dans le rêve cosmique divin et n’élimine pas en réalité la maladie. Il est plus comme un agent de Dieu travaillant au nom de Dieu. C’est le Seigneur Tout-Puissant qui guérit l’homme de la maladie en réalité, à la suite de l’extinction ou de la négation de tout karma passé. 

Les célibataires doivent comprendre ce qu’est exactement la sublimation. Urdhvareta kriya en réalité n’est pas la conversion du sperme brut en Ojas. C’est la conversion du Prana subtil / normal en Ojas, en empêchant la formation de sperme brut. Si vous vous adonnez continuellement à une activité sexuelle qui fait descendre le Prana de son ÉTAT NORMAL à un ÉTAT BRUT / SPERME inférieur, la sublimation devient difficile et détournée. Il doit à nouveau être ramené à son ÉTAT NORMAL, puis amené à l’ÉTAT TRÈS SUBTIL / OJAS.

La réponse à ce qui se passe chez un homme au début du célibat réside dans ce fait. Au début du célibat, lorsque l’homme évite les stimuli sexuels, son Prana ou énergie vitale repose confortablement dans l’état NORMAL / SUBTIL. Auparavant, il était descendu pour former du sperme. Maintenant, ce besoin a été supprimé. Le corps arrête la production de quantités antérieures de sperme. Les premières étapes du célibat n’impliquent pas vraiment une ré-absorption. La plus grande partie du volume de sperme sous forme brute au début du célibat s’écoule réellement. C’est en raison du manque de production supplémentaire par lequel les niveaux d’énergie augmentent. C’est exactement pourquoi pour que le célibat porte ses fruits, disons au-delà de trois mois environ, la sublimation en OJAS est nécessaire. Jusqu’à ce moment, le corps n’est en fait pas dans un état de réabsorption. Il est seulement dans un état de non-production et dans un état d’harmonisation du Prana existant à l’ÉTAT SUBTIL. De plus, la production de sperme brut continue de diminuer et la formation de plus en plus de Prana continue d’augmenter (à condition que le célibat soit vrai et authentique).

Donc, quand nous disons sublimation du sperme dans des formes supérieures, c’est vraiment sublimation du Prana à l’ÉTAT NORMAL dans l’ÉTAT OJAS. Pour que le Prana atteigne un ÉTAT NORMAL, l’homme doit renoncer à l’excitation sexuelle, empêchant ainsi la formation d’un ÉTAT BRUT / SPERME. Dans un yogi Urdhvareta, cela est pleinement réalisé. Son corps ne produit pas du tout de sperme brut. L’énergie vitale nécessaire pour soutenir son corps et son intellect est alimentée par cette partie de son Prana. Le reste est entièrement converti en OJAS.

Merci d’avoir lu

PRAANAMAN